Femen, what the fuck ?

C’est une de mes copines féministes qui a attiré mon attention sur le dernier haut fait des Femen, qui sont allées « risquer leur vie » au dernier Salon Musulman à Pontoise.

Je passerais sur l’ironie qu’il y a à saluer une action « féministe » en disant que des filles ont des couilles… expression misogyne s’il en est, qui attache le courage à un attribut physique masculin.

Jaddo a d’ailleurs exprimé bien mieux que moi toute la perversité de ces expressions, ici.  Comme d’habitude chez Jaddo, c’est humain, nuancé et très fin.

Bref, revenons-en à nos Femen.

Il y a deux aspects assez différents dans cette histoire, le premier c’est « à quoi ça sert ? », le second c’est « putain, arrêtez de ressasser des clichés et écoutez les gens »

Commençons par le second.

La réalité du discours « justifiant de battre sa femme et de la violer »

Option 1 : vous êtes un complotiste aguerri qui pense que tous les musulmans mentent, qu’ils disent noir en arabe et blanc en français et qu’en plus ils arrivent à s’attirer la complicité de journalistes aveuglés par un tiers-mondisme coupable.

Vous n’avez rien à faire sur ce blog, qui ne vous confortera pas dans vos idées toutes faites et qui modérera impitoyablement tout commentaire dépassant MES limites de la courtoisie et du respect.

Option 2 : vous êtes légitimement curieux, et vous êtes prêt à croire ce que rapportent des journalistes qu’on n’a pas pris la main dans le pot de miel comme Eric Laurent et Catherine Graciet, et qui, de toute façon, n’auraient pas reçu une telle somme de la part des organisateurs du salon, qui n’ont pas le budget.

Le débat visait à rappeler que l’Islam ne justifie pas de battre sa femme, bien au contraire. C’est Telquel (entre autres) qui le dit, un media qui est tout sauf « à la botte de l’intégrisme ».

Partir du texte, l’interpréter, le débarrasser de ses couches « culturelles »

En tant que non musulmane, je me permets de dire que la pratique de la religion musulmane est partout, aménagée par le contexte culturel dans lequel elle se trouve.

Et le problème, c’est que ce contexte culturel, au Moyen-Orient, il est sacrément machiste ! Pour ne pas dire plus. A l’exception de l’excision, qui est une pratique africaine, originaire d’Égypte, importée dans la péninsule arabique, le reste de l’oppression réelle de la femme est bien liée à une interprétation macho et rétrograde d’un texte, en sélectionnant soigneusement certaines sourates (versets) et en mettant soigneusement d’autres sous le tapis.

A partir de là, il y a deux choix :

  • s’éloigner carrément de la religion, en rejetant les textes coraniques, c’est l’approche Femen
  • au contraire, repartir vers le sens premier de la religion, en « ré-interprétant » les textes, en les re-traduisant de manière plus exactes, en les débarrassant des couches misogynes et patriarcales.

Si la seconde approche peut paraître tordue, insuffisamment féministe, obscurantiste, tout ce que vous voulez… c’est en réalité la seule approche possible vis-à-vis des musulmans profondément attachés à leur religion.

De la même façon qu’aujourd’hui, en Afrique, on utilise les imams pour lutter contre l’excision, en ayant pris appui sur les textes musulmans, et sur la sourate qui dit « si tu dois le faire, alors limites toi à » (citée de mémoire, inexacte, etc), en insistant sur le « si tu dois le faire » et pas sur la partie du corps féminin qu’on peut licitement supprimer.

Et c’était exactement ce qui se faisait à ce moment là sur la scène.

Parce que, fondamentalement, le Coran est un texte qui prône l’égalité entre l’homme et la femme, beaucoup plus que la Bible juive, et beaucoup plus que l’Évangile qui se détache totalement des réalités terrestres et n’en parle même pas.

Que cette réalité ait été corrigée, travestie, oubliée par des hommes empressés de reprendre le pouvoir est un fait. Qu’elle ait pourtant permis au statut de la femme arabe d’évoluer grandement à l’époque, de simple « chose » (comme la femme dans la Grèce berceau de la démocratie) à être humain à part entière est aussi incontestable, on oublie simplement dans quel contexte le Coran a été écrit…

Bref…

Je vous renvoie à cet excellent article d’Oumma, un site « profondément musulman » qui réinterprète le verset litigieux, en disant tout simplement que la traduction de la racine arabe utilisée ne doit pas être « frappez-les » mais « éloignez-vous d’elles » et qui insiste sur la cohérence globale du texte.

Lisez-le, il est très intéressant. Parce qu’il montre tout ce travail de réinterprétation fait par les musulmans. Le seul qui puisse faire évoluer la religion, l’autre chemin conduisant à l’abandon.

Et, personnellement, je m’interdis de juger si une personne « doit » être religieuse ou pas. Pas vous ?

Note sur Oumma : il ne s’agit pas d’un petit site, mais d’un des plus gros sites de la muslimosphère francophone, suffisamment gros pour s’attirer les foudres des militants pro-Israel sur Internet.

Et les Femen dans tout ça ?

A mes yeux naïfs, une action politique doit être utile à quelque chose. Servir une cause :

  • convaincre, éduquer, sensibiliser, bref faire adhérer
  • protester, contrer, faire interdire

Là, par rapport à ces deux objectifs, l’action des Femen ne sert strictement à rien. Elle ne convaincra aucun des « musulmans machos qui battent leur femme », bien au contraire. Elle les renforcera dans leurs convictions.

Quant à l’interdiction, elle est, dans ce cadre, impossible dans le respect de la liberté d’expression.

Et c’est là, tout d’un coup, qu’on s’aperçoit d’une chose :

l’action des Femen n’a lieu que dans le cadre de manifestations autorisées par l’état, au nom de la liberté d’expression démocratique, elle vise à museler, par la violence (relative) de leurs actes, cette liberté d’expression qu’elles devraient, au contraire, en tant que tenantes de la liberté et de la démocratie, chérir au plus haut point.

Un passé pas très démocratique

Le hasard faisant bien les choses, je suis tombée très récemment sur une série d’articles, une enquête très sérieuse faite sur les Femen et leurs origines « rouge-brun », c’est-à-dire d’abord communiste, puis hyper-nationalistes, on voit les dirigeantes en photo avec des militants d’extrême-droite.

Aujourd’hui, on ne sait toujours pas vraiment comment les Femen sont financées. Même Caroline Fourest s’en est distanciées, dans un exercice de style visant à justifier son support passé.

Exportées en Europe de l’Ouest, les Femen manifestent ici sans risque, sans grande utilité aussi. J’ai un immense respect pour les trois femmes qui avaient manifesté dans une église en Russie, parce qu’elles prenaient consciemment, un risque réel dans une dictature appuyée sur la religion.

J’ai un respect du courage des femmes qui, dans les pays musulmans, se dénudent, même si je pense que leur action est totalement contre-productive.

Je n’ai aucun respect pour des femmes qui trouvent intelligent de provoquer des vieux musulmans qui vont faire leurs prières en se dénudant devant la mosquée de Paris, qui posent en grandes militantes des droits de la femme, parce qu’elles ne brassent que du vent, et qu’en France, elles n’ont même pas besoin de couilles pour faire ça…

Publicités

6 réflexions sur “Femen, what the fuck ?

  1. merci pour cette dénonciation du femenisme, de ces connasses de harpies auxquelles pour ma part je ne reconnais aucun mérite, au contraire, à avoir violenté des églises en Russie.

    mais quelle erreur d’appréciation tu fais en rendant l’église orthodoxe complice en quelque sorte de la prétendue dictature russe.

    si l’état poutinien fait de la Russie une dictature, que dire de l’état PS en France ? tu sais à quel point au nom de la lutte contre le terrorisme, le gouvernement valls a muselé l’essentiel des libertés publiques, sans compter la dictature déléguée de lobbies communautaires, qui a fait de CTaubira et de NVBelkacem les agents officiels du totalitarisme LGBT… et qui fait d’un humoriste comme Dieudonné un ennemi d’état parce qu’il a osé caricaturer les colons sionistes en palestine…

    pour être tout-à-fait clair, je préfère de loin une dictature qui proscrit notamment l’homosexualité publique, qu’une autre qui en fait le projet officiel de société ;-)

    nous voilà donc au coeur du sujet : les valeurs morales. celle de l’Islam en particulier.

    il faudrait à présent que nous débattions des valeurs de la tradition abrahamique :-) pour faire la part des choses en matière de dérive(s) patriarcale(s) et de machisme dans la foulée. voire de couillisme, quoique le bélier que j’ai sacrifié lors de la fête en avait une sévère, de paire, comme aurait dit bigard ;-) comme quoi les plus couillus ne sont pas forcément les plus dignes de représenter l’humanité, je veux parler de la part d’humanité éclairée par les commandements divins ;-)

    à moins de discuter sans transition des vertus du matriarcat ? dont il reste à déterminer à quel degré ce système peut s’avérer castrateur…

    J'aime

    1. Les mots ont une définition, dictature en a une, état en a une, et parti socialiste en a une. Les opposants ont la fâcheuse manie d’oublier qu’un chef de l’état est au pouvoir parce qu’il a été élu, par une majorité de votants, sur une programme, et qu’à partir de ce moment là, il représente la nation toute entière, et plus un parti politique, même s’il met en oeuvre le programme pour lequel il a été élu, qui a été présenté et porté par un parti. C’est le fonctionnement normal de la démocratie, et parler d’état PS est une formulation partisane qui participe au dévoiement de la vie politique.

      Je vois que tu as un problème particulier avec le mariage homosexuel. Dire que la loi qui autorise le mariage homosexuel en fait « le projet officiel d’une société » est une outrance qui disqualifierait ton commentaire et m’empêcherait de le ressortir des spams où WordPress l’avait classé. Le dire sur un article qui parle de tout sauf ça mérite un « point manif pour tous ».

      Pour être claire là-dessus, je n’arrive absolument pas à comprendre en quoi un contrat civil autorisé par un état laïc dans un pays officiellement laïc, donc non soumis aux lois juives, chrétiennes, musulmanes, bouddhistes, de tradition soi-disant gréco-latine (et toc, la pédérastie comme valeur culturelle ^^) peut poser problème à des gens religieux. Le mariage homosexuel n’est absolument pas dans le champ religieux, aucun responsable religieux ne peut être légitimement forcé par cette loi à reconnaître une union contraire à sa religion, aucun(e) hétérosexuel(le) ne peut être obligé d’accepter d’épouser un(e) homosexuel(le), le seul impact que cette loi peut avoir sur des gens qui ne sont pas d’accord avec elle pour des motifs religieux, c’est de voir une partie de leur héritage leur échapper, quand la personne en couple est de leur famille et décède. C’est n’est pas glorieux, glorieux.

      Pour le reste, l’adultère n’est plus un délit, l’usure non plus, on peut divorcer, on peut se marier entre gens de religion différente, un musulman peut épouser une juive, une catholique peut épouser un divorcé bouddhiste, la dîme et la zakat ne sont pas obligatoires, autant d’éléments dans le « projet de société » français qui sont tout aussi grave vis-à-vis des valeurs religieuses, et que plus personne ne conteste, parce que cela n’empêche pas les croyants de mettre leur religion en pratique s’ils le souhaitent.

      Ma conclusion est donc celle de ma nièce par alliance, marocaine pratiquante vivant en Italie, qui fait la prière et refuse la riba, et qui m’a dit un jour « mais je ne comprends pas pourquoi on fait tout ces problèmes, ça les regarde, de toute façon s’ils veulent coucher ensemble, c’est leur affaire pas la mienne ».

      J'aime

  2. @ Marie-Aude

    merci pour la réponse ! sans rancune pour l’esprit grincheux de ton éditeur de textes qui n’apprécie pas mes petites provocations plus ou moins sarcastiques :-] et sauf le respect de ta nièce qui n’est heureusement pas la référence en matière de loi morale inspirée de l’Islam ;-) elle-même inspirée de la Bible, je ne te raconte pas Sodome et Gomorrhe ;-( dommage pour tes potes homos comme pour les miens mais ils ne l’emporteront pas en paradis, d’autant que nul n’est fondé à se prévaloir de sa propre turpitude…

    pour revenir aux femen, je viens d’apprendre qu’elles ont été reblanchies par la « justice » française qui a clashé en revanche les vigiles qui les avaient malmenées en tentant de les expulser. reconnais que c’est hallucinant cette permission qui est ainsi quasiment accordée à ces foldingues de ch. sur la religion chrétienne-catholique-orthodoxe…!

    à part ça je réalise à quel point nous fonctionnons sur des fréquences intellectuelles très différentes : moi je prétends que les lois « divines » voire inspirées du « droit naturel » sont prépondérantes, toi tu ne démords pas du démocratisme libertariste soi-disant humaniste qui fonde globalement l’ordre politique et social occidental. et j’en prends acte.

    J'aime

  3. PS à propos de l’état-PS » en particulier et de la démocratie partisane en général.

    encore une fois ton dogmatisme démocratiste t’empêche de voir que ta vérité au-delà des Pyrénées est une erreur en-deça si j’ose pasticher ainsi ce vieil adage de ton pays ;-)

    pour t’en donner un exemple édifiant, remarque comme notre vieil ami le citoyen-blogueur hmida conclut l’un de ses récents billets sur le lendemain des élections communales et l’ouverture des grandes manoeuvres partisanes au Parlement marocain par son approbation sans réserves du fait qu’au Maroc -Dieu, son Prophète et la Constitution merci !- le Roi règne ET gouverne à la fois. ce qui fait méchamment enrager ceux qui fantasment de voir le Maroc devenir une république, certes, mais ils faudra bien que ceux-là finissent par se faire une raison.

    revenons à cet état-PS en France, voire UMPS pour reprendre la caricature qu’en faisait la boutique Le Pen ;-)

    es-tu au courant du livre de mémoires que vient de publier un certain Philippe de Viliers ? qui rêve lui aussi d’un néo-souverainisme français et qui a compris que l’UE n’était que la gigantesque supercherie pseudo-démocratique par laquelle l’OTAN bras-armé du consumérisme ultra-libéral mondialisé s’est appropriée le potentiel du marché européen, ses Hommes et surtout ses Capitaux. en soulignant au passage que l’ENA, cette école française qui forme autant les marionnettes politiques de Droite et de Gauche, est l’un des ressorts de cette supercherie…

    d’ailleurs à en croire tous ceux dont les témoignages et les analyses convergent avec celle de PdV, les vrais maîtres de l’Europe ne sont même pas les idéologies partisanes (le socialisme prolétarien a été achevé et enterré par FMitterand) mais les stratégies de conquete économique des lobbies industriels, d’où émanent comme tu sais les projets de lois « prêts-à-voter » qu’ils font signer aux états de l’UE via des parlements plus ou moins sous contrôle…

    tout cela nous éloigne formellement des Femen, sauf si on part de l’hypothèse que la tolérance dont bénéficie en France le mouvement de ces p. irrespectueuses relèverait d’une tactique terroriste de ce même état-PS afin de verrouiller sa dictature, elle-même aux ordres d’une puissance supra-étatique, cette « finance » par exemple que FHollande prétendait combattre…

    une dictature terrorisante d’état, du genre : moi l’état-PS je laisse une bande de folles dangereuses saccager tes cathédrales, toi peuple français viscéralement attaché à sa culture (judéo)chrétienne et si tu protestes ou si tu touches un seul cheveu des folles en question quand bien même elles feraient pipi dans le bénitier, tu en prendras plein la g., c’est compris ?

    tout ça sous couvert de Lumière(s), d’humanisme et de droits de l’Homme évidemment ;-)

    appelons-donc un chat, un chat.

    J'aime

    1. Chacun prend ses références où il le peut… celles de Philippe de Villiers n’est certainement pas celle que je choisirais, ni humainement, ni politiquement. Je suis toujours surprise de voir des marocains prendre en exemple et chanter les louanges de ceux qui les méprisent le plus. Parce qu’en terme d’islamophobie primaire, Philippe de Villiers est un champion.

      Cela dit, nous sommes chacun maitre à bord. En ce qui concerne mon blog, je n’aime pas qu’on le prenne en tribune pour ratiociner sur des marottes en dehors du sujet de l’article. Tes commentaires sont donc passés en modération a priori et seront validés quand ils seront pertinents par rapport au contenu de l’article. En particulier je ne vois pas le rapport entre cet article et « faire enrager les gens qui fantasment de voir le Maroc devenir une République » dont, pour info, je ne fais absolument pas partie.

      Et comme je te l’ai déjà dit, il n’y a PAS d’état-PS pas plus qu’il n’y avait un état-UMP. Il y a, tout simplement, un état français.

      Il n’y a pas non plus de dictature en France. La France est un état de droit où, aux dernières nouvelles, on n’a pas fait disparaître d’opposant sans autre forme de procès depuis Ben Barka et les militants de l’indépendance algérienne.

      Quand tu seras décidé à employer des mots justes au lieu de tartiner la même rengaine sempiternelle, préviens-moi, je te sortirai de la liste des modérations.

      J'aime

      1. @ Marie-Aude

        Mehdi ben Barka a objectivement trahi son pays notamment en s’acoquinant avec le régime algérien socialiste révolutionnaire…

        pour le reste, je n’ai fait que répondre aux divers éléments de débat qui ont émaillé notre discussion.

        tu me permettras donc de conclure que d’un certain point de vue, les femen sont l’un des instruments de l’idéologie de la république socialiste française ;-)

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s